Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23.06.2017

Roman, coups de cœur du Club "Troc Cultures"

No home no home.jpg

Yaa Gyasi          R GYA

 

 

 

 

Résumé:

Maama, esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis durant un incendie, laissant derrière elle son bébé, Effia. Plus tard, elle épouse un Ashanti, et donne naissance à une autre fille, Esi. Ainsi commence l’histoire de ces deux demi-sœurs, Effia et Esi, nées dans deux villages du Ghana à l’époque du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. Effia épouse un Anglais et mène une existence confortable dans le fort de Cape Coast, sans savoir que  Esi, qu’elle n’a jamais connue, est emprisonnée dans les cachots du fort, vendue avec des centaines d’autres victimes d’un commerce d’esclaves florissant avant d’être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l’histoire se tisse d’un chapitre à l’autre : un fil suit les descendants d’Effia au Ghana à travers les siècles, l’autre suit Esi et ses enfants en Amérique.

 

Avis du club:

Yaa Gyasi aborde l'histoire de l'esclavage, des prémices du commerce triangulaire en Afrique aux esclaves noirs d'Amérique, à travers le destin d'une famille. Issues du même arbre généalogique, deux lignées se retrouvent directement impactées, l'une connaîtra l'esclavage, l'autre luttera pour préserver sa liberté. Yaa Gyasi offre une galerie de personnages aux fortes personnalités dont les vies ont été façonnées par la loi du destin. C'est un roman sur la transmission, l'identité, et l'amour dans ce qu'il a de plus puissant. Tous les personnages sont extraordinairement humains et attachants, c'est très bien écrit, jamais larmoyant, très réaliste. Un roman formidablement bien documenté sans jamais tomber dans le jugement de valeur. C'est une analyse approfondie de l'histoire de la Côte d'Or, actuellement le Ghana, doublée d'une profonde réflexion sur l'esclavage. On en apprend beaucoup aussi sur les conditions de vie dans les fermes de coton, sur les lois traitant des droits des personnes noires de peau aux USA. 

Écrire un commentaire