Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.01.2018

Un roman aussi délicieux que son titre ;)

Un clafoutis aux tomates cerises / Véronique de Bure

éd. Flammarion 2017

roman adultes cote R BUR roman un clafoutis aux tomates cerises.jpg

 

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d’écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches...

J'ai commencé ce  livre attirée par le titre :

Ah bon ? On peut faire un clafoutis avec des tomates et des cerises en même temps ? Ou alors qu'avec des tomates cerise ? Déjà, vous voyez, cela me posait question, notamment au niveau de la faute d'orthographe voulue ou pas voulue... Bref, comme j'aime autant les tomates et les cerises que les clafoutis et que je suis aussi curieuse que gourmande...en avant donc !

Je me suis bien un peu fait la remarque, allons, soyons honnête, qu'un journal intime d'une personne de 90 ans n'allait pas forcément être trépidant et rempli de folles aventures mais un peu de lecture calme et reposante m'allait bien. Me voilà donc partie dans mon roman. Eh bien, j'ai adoré tout simplement ! Et j'ai été prise dans l'univers de ce quotidien particulier, "en apparence" si répétitif.

Un régal ! ...Et pourtant, je ne me suis pas encore lancée dans la confection d’un clafoutis aux tomates et aux cerises. Affaire à suivre donc...D'autant que je ne suis pas vraiment douée en cuisine !

17.01.2018

Roman, coups de cœur du Club "Troc Cultures"

Underground Railroad 

Colson Whitehead   R WHI

Résultat de recherche d'images pour "underground railroad whitehead colson"

Résumé:

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord.

De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves qui l’oblige à fuir, sans cesse, elle fera tout pour conquérir sa liberté.

Avis du club:

Une plongée romanesque et passionnante au cœur de l'Amérique esclavagiste du 19ème siècle. Colson Whitehead, à travers la fuite de cette jeune esclave, nous raconte toutes les facettes de l'horreur de l'esclavagisme. A l'heure où l'esclavage est encore ancré dans la société, nous suivons les traces de Cora qui tente d'échapper à son destin. Une des prouesses de l’auteur est de matérialiser l’«Underground Railroad », le célèbre réseau clandestin d’aide aux esclaves en fuite qui devient ici une véritable voie ferrée souterraine, pour explorer, avec une originalité et une maîtrise époustouflantes, les fondements et la mécanique du racisme. Un roman politique sur les fondements du racisme qui oscille entre réalisme et fantastique. Un contexte difficile, où la violence est quotidienne, mais dans lequel persiste une lueur d'espoir. Colson Whitehead nous propose un portrait cru de l'identité américaine.  Il raconte avec justesse l'horreur ordinaire.

16.01.2018

Une histoire, encore !

L'heure du livre et du conte

 

Les conteuses de  l'association "La Maison du  Soir" vous racontent des histoires

 

  Mercredi 24 Janvier

de 16h à 17h

pour les enfants, à partir de 3 ans

 

 

N'oubliez pas de vous inscrire une semaine avant,

en téléphonant au 05 63 76 85 85

ou par un courriel mediatheque@carmaux.fr

 

05.01.2018

On peint ?

Samedi 13 janvier

 

Peau noire (peinture)

image flyer peinture_2012.jpg

 

 

pour les 5-7 ans : de 10h15 à 11h45

pour les 6-12 ans : de 14h15 à 15h45

      ou de 16h à 18h

 

N'oubliez pas de vous inscrire à l'atelier une semaine avant :

par téléphone au 05 63 76 85 85

ou par courriel mediatheque@carmaux.fr

04.01.2018

Conférence : découverte du piano, versus clavecin

Jeudi 18 janvierclavecin.jpg

de 18h à 20h

Salle Pendariès

Une conférence à la découverte d’un instrument de musique : piano versus clavecin par Philippe Gobin, professeur de musique qui nous avait déjà réjoui avec sa conférence sur l’opéra en février.

Qu’est-ce qu’un piano ? Qu’est-ce qu’un clavecin ? Comment, quand et pourquoi le piano a-t-il remplacé le clavecin au XVIIIème siècle ? Cette conférence répond à ces questions et bien d’autres, avec de nombreux exemples musicaux à l’appui.

Gratuit

Plus d'infos :
Université populaire pour tous
Site : www.albi.universitepopulaire.fr

Manifestation proposée par l'université populaire pour tous du Tarn (UPT)

02.01.2018

Voeux

L’Equipe de la médiathèque

vous souhaite une

bonne et heureuse année 2018 !

Résultat de recherche d'images pour "bonne année 2018 image"

Prix Littéraires 2017

 Tous les romans primés sont disponibles

à la médiathèque.

Venez les emprunter ou les réserver !

Retrouvez ci-dessous une présentation des auteurs et de leurs livres.

 

11.12.2017

Fêtes de fin d'année

Diapositive1.jpg

09.12.2017

DVD, coups de cœur du Club "Troc Cultures"

Hedi, un vent de liberté 

De Mohamed Ben Attia

Avec Majd MastouraRym Ben MessaoudSabah Bouzouita  DVD HED

295672.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Résumé:

Kairouan en Tunisie, peu après le printemps arabe. Hedi est un jeune homme sage et réservé. Passionné de dessin, il travaille sans enthousiasme comme commercial. Bien que son pays soit en pleine mutation, il reste soumis aux conventions sociales et laisse sa famille prendre les décisions à sa place. Alors que sa mère prépare activement son mariage, son patron l’envoie à Mahdia à la recherche de nouveaux clients. Hedi y rencontre Rim, animatrice dans un hôtel local, femme indépendante dont la liberté le séduit. Pour la première fois, il est tenté de prendre sa vie en main.

Avis du club:

Ce vent de liberté soufflera-t-il assez fort ? C’est tout le suspense du film, et tout l’enjeu, pour le devenir même de la Tunisie, qu’il recouvre. C’est le récit d’une émancipation et le portrait en creux d’une société stoppée dans son élan progressiste.

A la faveur d'un style intimiste et d'une écriture sensible, Mohamed Ben Attia livre une œuvre sincère et intuitive, en partie autobiographique. Le comédien allie justesse de jeu et sensibilité. Sans esbroufe, il traduit à l'écran les tourments intérieurs de son personnage, ses plus subtiles émotions. La mise en scène de Ben Attia parvient à incarner, tout au long du film, les relations sociales et la libération psychologique d’Hedi. La mise en scène naturaliste et la qualité de l’interprétation confèrent une émouvante sincérité. Le film pose la question du choix de son destin avec sensibilité.

05.12.2017

DVD, coups de cœur du Club "Troc Cultures"

Paris la blanche 

De Lidia Terki

Avec Tassadit MandiZahir BouzerarKarole Rocher   DVD PAR

174%2Fcinemovies%2F500%2F3e5%2F85dabf8125c090fca44960f1f1%2Fparis-la-blanche_movies-248471-1.jpg

Résumé:

Sans nouvelles de son mari, Rekia, soixante-dix ans, quitte pour la première fois l'Algérie pour ramener Nour au village. Mais l'homme qu'elle finit par retrouver est devenu un étranger.

Avis du club:

Lidia Leber Terki fait l'émouvant portrait d'un vieux couple algérien que l'émigration a séparé. On voit bien que la réalisatrice a voulu relier son histoire à celle des migrants d'aujourd'hui, créer une solidarité des exclus en faisant vivre une petite communauté souterraine et fraternelle. Un film délicat sur un aspect oublié de l’émigration, qui s’attache non à ceux qui arrivent mais à ceux qui, déracinés, se retrouvent face à un impossible retour. Le film saisit avec beaucoup de subtilité toutes les nuances de ces solitudes entre deux rives, qui sont un héritage social et émotionnel de la colonisation. La réalisatrice donne chair aux invisibles, aux modestes, aux oubliés réunis par l’amour. Elle est sans colère ni rancœur. Elle croit à la force de la compassion et de la générosité. Lidia Leber Terki filme cette histoire simple mais riche de sens avec beaucoup d’attention, de patience, de délicatesse. Tassadit Mandi et Zahir Bouzerar, les deux comédiens sont remarquables.

01.12.2017

Roman, coups de cœur du Club "Troc Cultures"

La Tresse 

Laétitia Colombani   R COL

ob_474cd8_la-tresse-colombani.jpg

Résumé:

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde: Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école. Sicile: Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée. Canada : Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Avis du club:

Trois portraits de femmes battantes et courageuses, dont le destin se croise. Elles vont chacune prendre leur destin en main et se battre pour ceux qu'elles aiment. Découvrez l'histoire de ses trois héroïnes, qui luttent pour leur droit ou leur liberté. Leurs vies vont connaître un point commun sans qu'elles se connaissent. Elles vont voir leur destin lié par le courage, la lutte et par le cheveu ! 

La structure du roman est très originale. Les trois récits sont entrelacés comme une tresse. Les chapitres sont consacrés successivement aux trois femmes et se terminent chaque fois sur un point de suspense. Les chapitres sont clairs et courts. 

À travers l'histoire de ces femmes, Laetitia Colombani rend un bel hommage à toutes celles qui luttent pour leur dignité, leur liberté, leur vie. Un roman touchant écrit avec beaucoup de sensibilité et une plume délicate. 

28.11.2017

A qui je vais l'envoyer ?

image flyer peinture_2012.jpg

Samedi 2 décembre

réaliser une enveloppe

pour les 5-7 ans : de 10h15 à 11h45

pour les 6-12 ans : de 14h15 à 15h45

                           ou de 16h à 18h

N'oubliez pas de vous inscrire à l'atelier une semaine avant

par téléphone (05 63 76 85 85)

ou par courriel (mediatheque@carmaux.fr)

27.11.2017

Roman, coups de cœur du Club "Troc Cultures"

L'Accident

Claude Bendel          R BEN  

CVT_LAccident_1230.jpg

Résumé:

À la demande de son avocat commis d'office, Thomas Leurling rédige du fond de sa cellule le récit de sa courte vie. Il s'aperçoit au fil des pages que son existence n'aurait guère été différente sans cet accident mortel dont la responsabilité lui est attribuée. Thomas Leurling retrace son passé dans une ville où la petite bourgeoisie instaure un mode de vie terne aux yeux de l'adolescent. Petit à petit s'installent les éléments générateurs de l'accident qui l'ont conduit en prison.

Avis du club:

L'Accident se lit comme le roman noir d'une affaire judiciaire qui fouille l'ambiguïté fondamentale des hommes, et dresse tout à la fois le portrait d'une époque, l'après-guerre, et d'un territoire, les marches de l'Est. L’auteur nous promène dans les digressions de son personnage et comme l'avocat qui va lire ces notes, nous allons nous faire une idée de son implication directe ou indirecte dans ce qui est arrivé. On découvre alors un personnage étonnant, prisonnier d'un tempérament laconique, solitaire et résigné. Une belle signature littéraire qui nous entraîne vers une fatalité étouffante. Coupable ou non coupable ? Peu importe, la vie avait déjà tranché avant la justice. Un premier roman fort et dense qui nous porte à réfléchir sur la nature et la condition de l'être humain. Un roman noir qui se lit comme une tragédie, montrant comment la fatalité a écrasé le héros.

25.11.2017

Conférence : l'autoportrait

Jeudi 7 décembre, de 18h à 20h

Salle PendarièsPicasso2.jpg

 

L’autoportrait comme genre artistique autonome est pratiqué par les artistes depuis le XVème siècle. Certains peintres : Rembrandt, Van Gogh ou Picasso multiplient l’auto-représentation jusqu’à l’obsession.

Le peintre « pris dans l’objectif de son regard » donne une image plurielle de lui-même : entre intimité et identité, expression artistique et révélation d’un art, exhibition et dissimulation, appartenance et engagement.

Par Anne Nières, conférencière, historienne de l’art.

Conférence proposée par l'Université Pour Tous.

Entrée libre

24.11.2017

Salon annuel "Couleurs du terroir"

Du 25 novembre au 3 décembre

Salle Pendariès

Invitée d'honneur : Rolande DELANOUE-LANGLOIS

AMIS DES ARTS AFFICHE 2017 - A3.jpg

Originaire de Normandie, elle passe sa jeunesse à ALBI.

C’est grâce à une longue observation des gestes minutieux de sa mère manipulant ses pinceaux, que naquit sa vocation de peintre et de dessinatrice.

Autodidacte, elle pratique plusieurs techniques tel que le fusain, l’aquarelle ou l’acrylique mais se perfectionne dans le pastel.

Sa profession (prothésiste dentaire) lui fit d’une part découvrir notre pays, mais au cours d’un véritable tour de France, et d’autre part lui a facilité l’accès au modelage et à la sculpture de la pierre.

 Elle crée mais elle reste réservée jusqu’au jour de 1996 où elle se décide à exposer aux cours des concours estivaux organisés dans le VAR où elle réside à cette époque. Amoureuse de la nature, c’est vers la pierre que vont ses préférences. Elle la travaille, la sculpte pour en tirer des œuvres empreintes de douceur, voire de mélancolie.

 Sa peinture, plus mystérieuse, nous fait entrer dans un univers de rêves mâtinés d’émotion.

C’est une artiste discrète qui pour notre ravissement sort de sa réserve.