Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.10.2016

Des histoires, encore !

Marie-Noëlle et Geneviève de l'association "La Maison du  Soir"

 invitent les enfants à partir de 3 ans à les rejoindre pour 

 

L'heure du livre et du conte

 

 

 Mercredi 19 octobre 2016

 

de 16h à 17h

 

N'oubliez pas de vous inscrire une semaine avant, en téléphonant (05 63 76 85 85)

ou en adressant un courriel (mediatheque@carmaux.fr).

07.10.2016

Un roman carrossier ?

roman la bibliothèque des coeurs cabossés.jpg

La bibliothèque des cœurs cabossés / Katarina BIVALD, éd. Denoël, 2015

cote R BIV

Un roman qui a du charme, indéniablement, surtout pour une bibliothécaire. Car si, d’un point de vue strictement littéraire, ce n’est certes pas le futur Goncourt, loin de là, il a cet immense mérite, en ces temps numériques outranciers, de faire l’apologie du LIVRE. C’est déjà là un aspect si précieux qu’il aurait été triste de le négliger non ?

Je l’ai donc lu, au début avec un peu de persévérance car le style est, comment dire, un tantinet déroutant et la traduction déroutée ? Je ne saurais dire. Puis, au fur et à mesure, avec de plus en plus de plaisir tout simplement. A la fin, même si immanquablement, on se doute de l’issue de l’histoire, une espèce de suspens s’installe. Et là, pour ma part, c’était comme un petit jeu, je ne voulais pas m’arrêter de lire pour aller jusqu’au bout au plus vite et en même temps, je posais volontairement le livre car je savais que l’arrivée au point final impliquerait un adieu aux personnages et à leur petite vie. Il me semble que lorsqu’un livre vous fait cet effet-là, on peut parler de réussite n’est-ce pas ?

L’intrigue est simple : une jeune suédoise libraire, pas vraiment épanouie mais très amoureuse des livres, part en voyage (pour la première fois de sa vie) au fin fond des Etats Unis (l’Iowa), dans un bled carrément paumé, rencontrer une dame qu’elle ne connaît que par des échanges épistolaires, au cours desquels elles se sont échangées des livres. Lorsqu’elle arrive à destination, sa correspondante vient malencontreusement de décéder.

Voilà…

Déjà, pour ma part, j’aime assez ces départs aussi catégoriques qu’improbables. Ça donne le ton !

L’écriture est correcte sans être ciselée. Le parti-pris, semble-t-il, est de coller un maximum à une sorte de réalisme sobre et froid. Pas de fioritures, tu adhères ou pas. Les personnages apparaissent les uns après les autres, dissemblables bien évidemment et heureusement, dépeints de manière très vraie et sans concession, sans anticipation non plus, on les découvre au rythme de leur apparition et on suit leur évolution progressive.

Les dialogues également sont assez surprenants, pas toujours très clairs il m’a paru, mais sommes-nous nous-mêmes très pertinents dans nos échanges avec autrui ? Pas toujours, il est vrai, et c’est cette sorte de réalisme-là qui m’a plu dans ce roman : Finalement, l’auteur utilisait un « parlé » vrai plutôt qu’un ton convenu et relatait une histoire joyeusement  farfelue.

Et du coup, le lecteur est entraîné, stimulé car il ne sait pas ce qui l’attend, « tous les coups sont permis » je dirais et cela génère une avidité de lecture et une joie de découvrir les situations aussi insolites que cocasses qui sont décrites.

Avec, en toile de fond, ce rôle énorme qui est donné au LIVRE, décrit comme un véritable tremplin à tout ce que notre imaginaire, notre inconscient, notre subconscient, notre cœur, notre esprit, notre âme…peuvent nous conduire. Petit regret, la plupart des livres cités sont des best-sellers mondiaux, d’autres romans moins connus et plus personnels auraient pourtant également eu leur place dans cette histoire, si ce n’est plus.

 

05.10.2016

Tu veux jouer ?

pour les enfants de 5 à 12 ans

accompagnés d'un adulte

De 14h30 à 16h

 

le samedi 15 octobre 2016

 

N'oubliez pas de vous inscrire à l'atelier une semaine avant, en téléphonant ( 05 63 76 85 85)

ou en adressant un courriel (mediatheque@carmaux.fr) !

03.10.2016

Un abécédaire poétique et amusant où chaque lettre fait son numéro!

A la lettre, un alphabet poétique

de Bernard Friot, ill. Jean-François Martin - Milan, 2016


Au commencement il est là, le A.                9782745960009,0-2998920.jpg

Aussitôt il prend le commandement :

"au pas, au pas, camarade, au pas"

Ah non, ça ne va pas, mon gars !

tu n'es que le premier venu

une lettre comme les autres

un petit soldat de l'alphabet...

 

 Dans cet album grand format, Bernard Friot s'amuse  à mettre en scène les  26 lettres de l'alphabet sous des formes  très diverses: poèmes, dialogues, plaidoirie, calligramme...

C'est drôle, parfois grinçant, intelligent  et les belles illustrations graphiques, de Jean-François Martin,  en font  aussi un album très inventif  et très beau.

A découvrir en section jeunesse  pour jouer avec les mots et la poésie !- cote E FRI .

 

Et si vous ne connaissez pas encore les "Histoires pressées"  - Cote J FRI , du même auteur, nous vous les conseillons vivement car  comme elles sont pressées, elles se lisent vite !

 

01.10.2016

Conférence de l'U.P.T : sur Georges Pérec

médiathèque de carmaux,centre culturel de carmaux,université pour tous d' albi,georges pérecJeudi 13 octobre

de 18h à 20h

Catherine Estrella vous propose de découvrir la littérature contemporaine en vous présentant un de ses auteurs.

"Si le plaisir « solitaire » de la lecture du livre (roman ou autre) appartient universellement à tout lecteur curieux et n'obéit à aucune loi, il est des livres, qui eux, réclament des clés pour les ouvrir...

Ainsi de la bibliographie de Georges Pérec, pour laquelle je vous propose quelques éléments apéritifs afin d'en goûter pleinement les secrets les plus cachés."

Afin de profiter au mieux de la conférence, Catherine vous propose de lire :

Les choses
W, ou, le souvenir d'enfance
La vie mode d'emploi
La disparition
 
Disponibles à la médiathèque, en présentation sur la table thématique.

 

23.09.2016

Peindre ou dessiner ?

image flyer peinture_2012.jpg

Samedi 1er Octobre

Peindre un super héros, une super héroïne (dessin, peinture)

 

pour les 5-7 ans : de 10h15 à 11h45

pour les 6-12 ans : de 14h15 à 15h45

                           ou de 16h à 18h

N'oubliez pas de vous inscrire à l'atelier une semaine avant

par téléphone (05 63 76 85 85)

ou par courriel (mediatheque@carmaux.fr)

19.09.2016

Raconte-moi des histoires

Marie-Noëlle et Geneviève de l'association "La Maison du  Soir"

 invitent les enfants à partir de 3 ans à les rejoindre pour 

 

L'heure du livre et du conte

 

 

 Mercredi 28 septembre 2016

 

de 16h à 17h

 

N'oubliez pas de vous inscrire une semaine avant, en téléphonant (05 63 76 85 85)

ou en adressant un courriel (mediatheque@carmaux.fr).

16.09.2016

Venez rencontrer les auteurs Jérôme Camut & Nathalie Hug

Dans le cadre du club "Troc Cultures"

et en partenariat avec le salon du livre de Gaillac

la Médiathèque de Carmaux accueille 

 

Jérôme Camut & Nathalie Hug

 

Vendredi 30 septembre à partir de 18h

nathalie-hug-et-jerome-camut.jpg

Programme de la soirée:       gratuit.jpg

  • 18h: Accueil des participants 
  • 18h30: Rencontre des auteurs et dédicaces en présence du libraire
  • 20h: « auberge espagnole »

 

Jérôme Camut est un auteur de fantasy et fantastique. Son premier roman, "Le trait d’union des mondes", premier volet d’une trilogie intitulée "Malhorne" mêlant thriller et fantastique, paraît en 2002.  Depuis 2004, il écrit également en collaboration avec Nathalie Hug avec qui il publie, entre-autre, "3 fois plus loin" et le troisième tome des "Voies de l'ombre" (Instinct). Il figure également au sommaire de l'anthologie "Les coups de cœur des Imaginales" consacrée aux meilleures révélations françaises dans le domaine de la fantasy et du fantastique depuis 2004.

Nathalie HugCompagne de Jérôme Camut, Nathalie Hug a signé avec lui "Prédation et Stigmate", les deux premiers volets de la trilogie des voies de l'ombre, ainsi que "Les Éveillés", en 2008, "3 fois plus loin" en 2009 et "Les Yeux d'Harry" en 2010. Dans son premier roman solo, "L'enfant-rien", elle a imaginé un personnage naïf et inquiétant, à la voix singulière, aux questionnements bouleversants. Suivront " La demoiselle des tic-tac" et "1, rue des petits-pas".

 

Leurs romans sont à emprunter ou réserver à la médiathèque:

 

les éveillés.jpgLes murs du sang.jpgles yeux d'Harry.jpgles-voies-de-l'ombre.jpgMalhorme.jpgtrois fois plus loin.jpgw3.jpg

 

 

1 rue des petites pas.jpgla-demoiselle-des-tic-tac.jpg
  l'enfant-rien.jpg

14.09.2016

la ludothèque revient : on joue ?

pour les enfants de 5 à 12 ans

accompagnés d'un adulte

De 14h30 à 16h

 

le samedi 24 septembre 2016

 

N'oubliez pas de vous inscrire à l'atelier une semaine avant, en téléphonant ( 05 63 76 85 85)

ou en adressant un courriel (mediatheque@carmaux.fr) !

07.09.2016

Roman : Check-Point de Jean-Christophe Rufin

Rufin.jpg

Jean-Christophe RUFIN :

Check-point (Edition Gallimard)

"Maud, vingt et un ans, cache sa beauté et ses idéaux derrière de vilaines lunettes. Elle s'engage dans une ONG et se retrouve au volant d'un quinze tonnes sur les routes de la Bosnie en guerre.

Les quatre hommes qui l'accompagnent dans ce convoi sont bien différents de l'image habituelle des volontaires humanitaires. Dans ce quotidien de machisme, Maud réussira malgré tout à se placer au centre du jeu. Un à un, ses compagnons vont lui révéler les blessures secrètes de leur existence.

Et la véritable nature de leur chargement."

 

L'auteur, membre de l'Académie Française depuis 2008 sait de quoi il parle en matière d'humanitaire puisqu'il a dirigé de nombreuses missions en Afrique, en Amérique latine et dans les Balkans. 

Dans ce récit haletant, le lecteur est invité à suivre les pérégrinations des deux camions sur fond de guerre en Bosnie. Loin des images d'Epinal, nous voyons des personnages aux caractères très contrastés et aux motivations pas forcément très claires. La présence d'explosifs dans un des camions va exacerber les tensions. Le lecteur est pris à témoin sur le questionnement de l'aide humanitaire : colis de nourriture et couverture sont-ils suffisants ? Faut-il aussi apporter des armes ? Jusqu'où la neutralité est-elle possible ?

Toutes ces questions sont d'une actualité brûlante au regard des événements du Proche-Orient...

Ce roman est disponible à la cote R RUF à la bibliothèque des adultes

Vous pouvez aussi dévorer ses précédents romans : "L'abyssin" (1997), "Rouge Brésil" (2001), "Globalia" (2004), "La salamandre" (2005), "Le parfum d'Adam" (2007), "Katiba" (2010), "Le grand coeur" (2012) ou "Le collier rouge (2014)"...et bien sûr "Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi", récit de ce mythique voyage à pied ! Tous d'excellents livres !!!

 

31.08.2016

Retrouvez l'Atelier peinture avec Sylvie

 

 

  Samedi 10 septembre

Haïku du chat (crayons, aquarelle)

 

pour les 5-7 ans : de 10h15 à 11h45

pour les 6-12 ans : de 14h15 à 15h45

                           ou de 16h à 18h

N'oubliez pas de vous inscrire à l'atelier une semaine avant par téléphone (05 63 76 85 85) ou par courriel (mediatheque@carmaux.fr)

30.08.2016

Nouvelle BDJ !!!

Afficher l'image d'origine

Prix Jeunesse et Fauve d’angoulême 2016.

Un petit renard ridicule veut devenir la terreur du poulailler.
Le co-réalisateur d'Ernest et Célestine signe une fable coup de cœur. Face à un lapin idiot, un cochon jardinier et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place de grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel !

Des petits dessins expressifs avec des dialogues hilarants : de quoi passer un excellent moment avec rires, voire fous rires à la clé pour cette BD animalière.

 

COTE:   BDJ REN

 

 

Venez rencontrer les auteurs Jérôme Camut & Nathalie Hug

Dans le cadre du club "Troc Cultures"

et en partenariat avec le salon du livre de Gaillac

la Médiathèque de Carmaux accueille 

 

Jérôme Camut & Nathalie Hug

 

Vendredi 30 septembre à partir de 18h

 

nathalie-hug-et-jerome-camut.jpg      

                       Programme de la soirée:        gratuit.jpg

  • 18h: Accueil des participants 
  • 18h30: Rencontre des auteurs et dédicaces en présence du libraire
  • 20h: « auberge espagnole »

 

Jérôme Camut est un auteur de fantasy et fantastique. Son premier roman, "Le trait d’union des mondes", premier volet d’une trilogie intitulée "Malhorne" mêlant thriller et fantastique, paraît en 2002.  Depuis 2004, il écrit également en collaboration avec Nathalie Hug avec qui il publie, entre-autre, "3 fois plus loin" et le troisième tome des "Voies de l'ombre" (Instinct). Il figure également au sommaire de l'anthologie "Les coups de cœur des Imaginales" consacrée aux meilleures révélations françaises dans le domaine de la fantasy et du fantastique depuis 2004.

Nathalie Hug, Compagne de Jérôme Camut, Nathalie Hug a signé avec lui "Prédation et Stigmate", les deux premiers volets de la trilogie des voies de l'ombre, ainsi que "Les Éveillés", en 2008, "3 fois plus loin" en 2009 et "Les Yeux d'Harry" en 2010. Dans son premier roman solo, "L'enfant-rien", elle a imaginé un personnage naïf et inquiétant, à la voix singulière, aux questionnements bouleversants. Suivront " La demoiselle des tic-tac" et "1, rue des petits-pas".

 

Leurs romans sont à emprunter ou réserver à la médiathèque:

 

  Les murs du sang.jpg    les éveillés.jpg   les yeux d'Harry.jpg trois fois plus loin.jpg

 

             Malhorme.jpg      les-voies-de-l'ombre.jpg       w3.jpg

 

                    1 rue des petites pas.jpg   la-demoiselle-des-tic-tac.jpgl'enfant-rien.jpg
  
  

26.08.2016

Nouvelle BD!!!

tout conte fée.jpgS’il fallait résumer Tout conte fée, il serait possible d’écrire que cet album porte un regard décalé sur ces histoires qui font le bonheur des pédopsychiatres et la fortune des studios Disney. En développant un peu plus, il pourrait être ajouté que Lionel Camou, pour une raison étrange, s’intéresse au devenir de l’éclectique microcosme des contes de fées, une fois les grimoires refermés et les enfants couchés ! Avec une fantaisie des plus débridées, il se laisse aller à quelques supputations sur ce petit monde, avançant pour l’occasion une théorie surprenante quant aux relations que notre réalité quotidienne tisserait avec ces univers de magie et de rêves. Ainsi, si le Grand Méchant Loup se tape Mère-Grand en cachette, c’est pour éviter de mettre prématurément le Petit Chaperon Rouge face à une sexualité résolument subversive qui insufflerait en elle des tensions primaires pour ne pas dire primales… Comprenne qui pourra ?

 

BD CAM

25.06.2016

BD adultes

La parole du muet: tome 1

Cote: BD GAL 1

 

Frédéric Blier (Dessinateur), Laurent Galandon (Scénario)

 

le muet.JPG

 

Célestin ne pense qu’à une chose : quitter l’étude notariale de son père et monter à Paris pour devenir réalisateur. Et comme il vaut mieux vivre ses rêves que de rêver sa vie, il prend un train pour la capitale...

Les liens entre le 7e et le 9e Art ont toujours été très forts. Nés pratiquement en même temps, l’un puise chez l’autre ses références et son inspiration, et réciproquement. Après Une vie à écrire du duo Félix/Liman ou plus récemment Pornhollywood de Simsolo et Hé, c’est au tour de Laurent Galandon et Frédéric Blier de faire une incursion au pays des frères Lumière.

Si le scénario se situe en 1927, ce n’est pas innocemment. Il s’agit d’une année charnière qui verra le cinéma devenir parlant. Révolution qui précipitera la chute de nombre de dieux cinématographiques muets - symbolisés par Constance, actrice sourde et muette, et Jacques, musicien de salle -, et l’avènement d’une nouvelle manière de s’exprimer sur pellicule. C’est aussi à cette époque que cet art naissant bascula résolument de l’artisanat au mode industriel. La parole du muet n’en est pas pour autant un drame, mais plutôt une comédie qui sait, par de brèves incursions dans le burlesque et une galerie de personnages typés et sympathiques, susciter immédiatement l’empathie du lecteur. Véritable distraction (au sens noble du terme), ce diptyque annoncé ne fait pas pour autant dans la facilité et sait s’inscrire dans son temps et en donner une vision crédible à défaut d’être exacte.

Conçu à l’ancienne, à l’encre et au pinceau, mais colorisé sous informatique par Sébastien Bouet, le travail de Frédéric Blier donne sa personnalité à ce récit. Bénéficiant de la couleur et du son (les phylactères !), le dessinateur d’Amère patrie n’a pas besoin de surjouer comme le faisaient parfois certains acteurs du muet. Tout est posé, simplement, gentiment, serait-on tenté de dire, mais avec justesse. Seul petit point de détail, avec la tonalité des couleurs, un papier mat aurait certainement été plus adapté, tant dans la texture des planches que dans le rendu de la palette chromatique.

À l’image de sa couverture, Le géant et l’effeuilleuse sait - sous une apparence des plus classiques - offrir un divertissement de qualité. Vivement la seconde (et dernière !) séance.