UA-29669809-3 Coups de coeur : Centre Culturel - Médiathèque de Carmaux : 05-63-76-85-85

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30.08.2016

Nouvelle BDJ !!!

Afficher l'image d'origine

Prix Jeunesse et Fauve d’angoulême 2016.

Un petit renard ridicule veut devenir la terreur du poulailler.
Le co-réalisateur d'Ernest et Célestine signe une fable coup de cœur. Face à un lapin idiot, un cochon jardinier et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place de grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel !

Des petits dessins expressifs avec des dialogues hilarants : de quoi passer un excellent moment avec rires, voire fous rires à la clé pour cette BD animalière.

 

COTE:   BDJ REN

 

 

26.08.2016

Nouvelle BD!!!

tout conte fée.jpgS’il fallait résumer Tout conte fée, il serait possible d’écrire que cet album porte un regard décalé sur ces histoires qui font le bonheur des pédopsychiatres et la fortune des studios Disney. En développant un peu plus, il pourrait être ajouté que Lionel Camou, pour une raison étrange, s’intéresse au devenir de l’éclectique microcosme des contes de fées, une fois les grimoires refermés et les enfants couchés ! Avec une fantaisie des plus débridées, il se laisse aller à quelques supputations sur ce petit monde, avançant pour l’occasion une théorie surprenante quant aux relations que notre réalité quotidienne tisserait avec ces univers de magie et de rêves. Ainsi, si le Grand Méchant Loup se tape Mère-Grand en cachette, c’est pour éviter de mettre prématurément le Petit Chaperon Rouge face à une sexualité résolument subversive qui insufflerait en elle des tensions primaires pour ne pas dire primales… Comprenne qui pourra ?

 

BD CAM

25.06.2016

BD adultes

La parole du muet: tome 1

Cote: BD GAL 1

 

Frédéric Blier (Dessinateur), Laurent Galandon (Scénario)

 

le muet.JPG

 

Célestin ne pense qu’à une chose : quitter l’étude notariale de son père et monter à Paris pour devenir réalisateur. Et comme il vaut mieux vivre ses rêves que de rêver sa vie, il prend un train pour la capitale...

Les liens entre le 7e et le 9e Art ont toujours été très forts. Nés pratiquement en même temps, l’un puise chez l’autre ses références et son inspiration, et réciproquement. Après Une vie à écrire du duo Félix/Liman ou plus récemment Pornhollywood de Simsolo et Hé, c’est au tour de Laurent Galandon et Frédéric Blier de faire une incursion au pays des frères Lumière.

Si le scénario se situe en 1927, ce n’est pas innocemment. Il s’agit d’une année charnière qui verra le cinéma devenir parlant. Révolution qui précipitera la chute de nombre de dieux cinématographiques muets - symbolisés par Constance, actrice sourde et muette, et Jacques, musicien de salle -, et l’avènement d’une nouvelle manière de s’exprimer sur pellicule. C’est aussi à cette époque que cet art naissant bascula résolument de l’artisanat au mode industriel. La parole du muet n’en est pas pour autant un drame, mais plutôt une comédie qui sait, par de brèves incursions dans le burlesque et une galerie de personnages typés et sympathiques, susciter immédiatement l’empathie du lecteur. Véritable distraction (au sens noble du terme), ce diptyque annoncé ne fait pas pour autant dans la facilité et sait s’inscrire dans son temps et en donner une vision crédible à défaut d’être exacte.

Conçu à l’ancienne, à l’encre et au pinceau, mais colorisé sous informatique par Sébastien Bouet, le travail de Frédéric Blier donne sa personnalité à ce récit. Bénéficiant de la couleur et du son (les phylactères !), le dessinateur d’Amère patrie n’a pas besoin de surjouer comme le faisaient parfois certains acteurs du muet. Tout est posé, simplement, gentiment, serait-on tenté de dire, mais avec justesse. Seul petit point de détail, avec la tonalité des couleurs, un papier mat aurait certainement été plus adapté, tant dans la texture des planches que dans le rendu de la palette chromatique.

À l’image de sa couverture, Le géant et l’effeuilleuse sait - sous une apparence des plus classiques - offrir un divertissement de qualité. Vivement la seconde (et dernière !) séance.

11.06.2016

un roman ado captivant

Peur express / Jo Witek

Actes Sud, 2012

cote RJ WIT

 

peur express Jo Witek.jpgRésumé de la 4ème de couverture :

Un train bloqué sur un viaduc en pleine tempête de neige, dans une nuit profonde. Six jeunes passagers - qui ne se connaissent pas - sont la proie de phénomènes étranges : hallucinations, accès de démence, voix de revenants, rituel satanique... Pourquoi eux ? Pourquoi dans ce train, et cette nuit-là ? Un thriller haletant, un voyage dans le paranormal qui atteint les frontières de nos croyances et de nos certitudes.

 

 

 

Une aventure prenante qui, à coup sûr, plaira aux adolescents mais pas seulement...

Dans ce roman, les jeunes héros de 14 à 16 ans, sont confrontés à leurs peurs intérieures et ultimes et connaissent des situations dérangeantes voire insoutenables qui les conduiront à une conscience plus aiguë de leur vie et de leur personnalité. Lors de ce périple houleux, à la limite d'un univers fantastique, il effectueront un double voyage en quelque sorte et acquerront une maturité étonnante et extrêmement positive.

J'avais déjà chroniqué un roman de cette auteure que j'apprécie beaucoup (cliquer là). J'aime son écriture fluide et pertinente, toujours percutante et sans exagération. Elle semble proche de l'univers adolescent qu'elle relate avec infiniment de lucidité et de sensibilité, comme si elle-même ne l'avait jamais vraiment quitté. Elle parvient à décrire leurs ressentis avec réalisme et les ados, pour ce que j'en sais, même les moins bons lecteurs, accrochent complètement à son style, jusqu'à être plongés dans la lecture au point de ne plus entendre ce qui se passe autour d'eux ! Pour moi, elle possède une qualité en perdition, celle d'avoir la volonté de les stimuler et de les tirer vers le haut, les titiller, certes, aussi, mais toujours pour une bonne cause et toujours avec respect et considération.

16.04.2016

DVD : cerveau lent ? au contraire...

Coup de cœur sur un documentaire très émouvant :

"Le cerveau d'Hugo" de Sophie Révil.

Le cerveau d'Hugo DVD.jpg

Le Cerveau d'Hugo est un documentaire-fiction français réalisé par Sophie Révil en 2012, portant sur l'autisme. Il croise des témoignages d'authentiques autistes avec une fiction retraçant la vie d'un autiste, Hugo, depuis l'enfance jusqu'à l'âge adulte, en dépeignant les difficultés qu'il rencontre ainsi que son entourage.

Ce documentaire prend sa place dans une évolution de la vision portée sur l'autisme, aussi bien par les professionnels de santé que par l'ensemble de la population, et où le rôle de causes biologiques est de plus en plus mis en avant par la Haute Autorité de santé, au détriment d'une approche purement psychanalytique jusque-là dominante en France. (source Wikipédia)

Je vous invite vraiment à emprunter ce DVD : il est bouleversant car d'une part, il donne la parole à des personnes souffrant d'autisme et témoignant de leur vie au quotidien depuis l'enfance, et d'autre part, la mise en scène d'un personnage synthétisant plus ou moins les symptômes de cette pathologie nous permet de mesurer toutes les difficultés et le mérite de leur bataille permanente.

Personnellement, un sentiment de profonde admiration pour leurs capacités intellectuelles exceptionnelles pour la plupart, leur douceur, leur patience et leur gentillesse à l'égard des "gens normaux" que nous sommes supposés être, m'ont fait me poser cette question : qui sont justement les "gens normaux" ???!!!

A n'en pas douter, après avoir pris connaissance de ce documentaire, nous voilà sensibilisés à la notion d'autisme et notre regard sur toutes les personnes environnantes est plus subtil : nous ne regarderons plus les autres de la même manière. Car dans chacun de nous, se cache peut-être un autiste potentiel...

A découvrir au rayon des DVD documentaires, cote DVD 616.89

 

13.01.2016

Roman : Le premier oublié

Cyril Massarrotto : « Le Premier oublié »

XO éditionsindex.jpg

 

La jaquette, toute simple, donne le ton de ce roman qui s’apparente plutôt à un témoignage.

L’histoire: Madeleine, en sortant du supermarché ne trouve plus sa voiture… Plus grave : elle ne se souvient ni de la marque, ni de la couleur de son véhicule. Pensant avoir un oubli passager, elle cherche à contacter son mari. Aucun contact à son nom dans le répertoire de son portable ! Elle décide alors de joindre Thomas, son fils cadet. Thomas arrive à la rescousse et sa mère est bien obligée de lui avouer qu’elle est de plus en plus souvent « oublieuse ». Quelques examens médicaux plus tard, le verdict tant redouté tombe : Madeleine, 60 ans, souffre de la maladie d’Alzheimer.

Récit à deux voix qui s’entremêlent : celle de Madeleine, qui voit évoluer sa maladie avec appréhension, et celle de son fils qui l’accompagne au quotidien pendant 8 longues années. On assiste à un va-et-vient entre ces deux principaux personnages, à diverses époques de leurs vies si proches et pourtant si éloignées…

Le « premier oublié », c’est pourtant Thomas, ce fils qui lâche tout pour être au plus près de cette mère…qui ne se souvient plus de lui, pensant même avoir à faire à « un gentil infirmier », alors qu’elle lui parle de son frère et de sa sœur, pourtant plus distants !

Très belle histoire d’amour filial sur fond de maladie insidieuse et dévastatrice. Un roman lucide, sans voyeurisme. Beaucoup de pudeur et de sensibilité, mais pas de sensiblerie. Avec en revanche, un zeste d’humour qui permet de faire tomber la pression, ponctuellement.

Vous trouverez ce roman en bibliothèque Adultes, à la cote R MAS.

N’hésitez pas à le réserver s'il n'est pas disponible !

15.12.2015

Prix Littéraires 2015

Venez emprunter tous les romans primés

à la médiathèque !!!

Retrouvez ci-dessous une présentation des auteurs et de leur livre.

 

 

 

 

 

16.10.2015

Roman: Un magnifique portrait de femme

bilqiss.jpg

 

Bilqiss

Saphia Azzeddine

Stock

Roman adulte : R AZZ 

 

 

 

Bilqiss, est une femme qui a décidé de choisir sa vie, de ne pas subir les règles imposées et de se révolter. Elle vit dans un pays où règne la terreur portée par des fanatiques. Un jour, elle va prendre la place du muezzin et faire l'appel à la prière, pour cette faute elle va être condamnée. Débute alors le récit d'une jeune femme emprisonnée qui attend son jugement, la lapidation. On suit son procès. 

Bilqiss nous impose rapidement le respect et l'admiration par son éloquence et son courage. Elle revendique son droit à la spiritualité, à adorer Dieu, mais elle refuse de se soumettre aux règles rigides et moyenâgeuse de sa patrie. Elle n'hésite pas à dire ce qu'elle pense des hommes, Dieu n'est pas comme eux, il est amour, tolérance et paix.

Saphia Azzeddine nous brosse le portrait d'une femme qui ose braver les hommes et leur interprétation du Coran, quitte à y laisser la vie pour défendre ses idées et sa liberté. Une écriture d'une touchante poésie et d'une justesse incroyable qui magnifie cette véritable ode à la tolérance. Une femme est prête à mourir pour sa liberté de penser. Face au juge, elle nous livre sa propre interprétation du Coran et combat les préjugés. 

Beaucoup de réflexions sur la culture, le respect des êtres. Un roman captivant, bouleversant qui éveille les consciences sur nos comportements. Un roman fort !

13.10.2015

Roman : Ces personnages, dans l'ombre...

une-saison-à-longbourn.jpgUne saison à Longbourn / Jo Baker


espace romans adultes, cote R BAK

 

 

 

 

 

 

 Une conception et une réalisation originales : si vous avez lu et aimé "Orgueil et préjugés" de Jane Austen, romancière du début du 19ème siècle, alors nul doute que vous trouverez un intérêt à découvrir cette histoire relatée par Jo Baker, écrivain de notre époque.

Celle-ci a eu l'ambition de révéler tout un aspect caché du petit monde "austénien", à savoir la dose inépuisable de labeur, de patience, de dévouement, de résistance... (la liste est longue) que se devait de posséder toute personne travaillant au service des Elisabeth, Jane et autres Emma de cette époque si "charmante"...

Vous l'avez compris, les héros de ce roman sont les domestiques, en l’occurrence de la famille Bennet, tout droit sortie du roman de Jane Austen.

Si le début manque un peu de clarté au niveau de la présentation des personnages, on entre bien vite dans cet univers ingrat et assez sordide, disons-le, des conditions de vie et de travail des serviteurs de l'époque, avoisinant quelque peu celles de l'esclavagisme.

C'est un envers du décor intéressant et documenté, que l'on a peu l'occasion de voir mis en lumière. Les personnages sont attachants, vivant leurs passions dans l'abnégation bien souvent, toujours au service de ceux qui leurs sont supérieurs selon une conception d'époque stupide, injuste et destructrice.

Quatrième de couverture : Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
A l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu'Elizabeth et Darcy tombent amoureux a l’étage, relève d'eux seuls. Une histoire d'amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.

20.06.2015

Un formidable roman d'amour pour les ados

Eleanor et Park de Rainbow Rowell  - Pocket jeunesse, 2014

Disponible en section jeunesse - cote RJ ROW

Dans les années 80, aux USA, 2 ados, Eleanor et Park fréquentent le même lycée. Ce livre raconte une formidable histoire d'amour entre ces 2 lycéens, aux vies très compliquées. Eleanor, l'adolescente, vit surtout une vie très difficile, victime de violences familiales et de harcèlement au lycée. Peu à peu, ils se rapprochent et Park sera prêt à tout pour la sortir de là...

"Eleanor et Park" me rappelle ce qu'est être fou amoureux d'une fille et fou amoureux d'un livre!" - John GREEN, auteur de "Nos étoiles contraires"

Ce livre bénéficie  d' un gros succès auprès des ados.

Pour la première fois cette année,  un concours de book-trailers  (bande-annonces de livres) Babelio 81, a été organisé dans les collèges et lycées du Tarn. Ces bande-annonces (de 1 à 2 mn) sont réalisées par des élèves. Le Babel d'or (1er prix) attribué le 19 mai 2015 , à Sorèze, par le jury, concerne justement "Eleanor et Park".

09.06.2015

Roman adultes

avant toi roman.jpg.jpgAvant toi / Jojo Moyes, éd.Bragelonne-Milady,     cote R MOY

 

"Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone à souhait. Quand elle se retrouve au chômage, dans ce trou paumé de l'Angleterre dont elle n'est jamais sortie, Lou accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l'accueil glacial qu'il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l'accident qui l'a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n'a que quelques mois pour le faire changer d'avis."

 

 Ceci est le résumé de la quatrième de couverture de ce roman, il vous donnera envie ou pas de le lire, cela vous regarde. Pour ma part, je ne m'explique toujours pas pourquoi j'en suis arrivée à l'emprunter et à le lire, ce genre de livre et de thème n'étant pas vraiment ce que je recherche habituellement. Toujours est-il que me voici aujourd'hui à vous en faire l'article...

Car il s'agit bien d'un coup de cœur et non pas d'une critique négative dont il est question. Oui, contre toute attente, j'ai aimé ce roman et cette histoire très bien racontée. C'est vivant, souvent assez drôle, souvent assez triste, assurément captivant. La narration vous happe et ne vous lâchera pas comme ça ! Le thème est lourd mais son traitement léger, original, instructif et surprenant. Cela parle d'amour, de relations humaines, familiales ou pas, de liberté individuelle, physique et mentale, du handicap, de la vie et de la mort, d'espoir et d'envie d’évoluer. C'est triste et apaisant en même temps.

Je rajoute juste une chose : quelque soit votre opinion concernant l'euthanasie, il se pourrait bien que cette histoire vous ouvre d'autres perspectives de réflexion.

 

20.05.2015

Un roman allumé

Trente-six chandelles / Marie-Sabine Roger, éd. du Rouergue 201436 chandelles.jpg

Franchement, une très belle histoire...un peu (beaucoup) farfelue, remplie d'humour et de pudiques sentiments.

J'ai paradoxalement accroché tout de suite à ce début assez peu encourageant et qui s'apparentait tant à une fin "On a beau essayer de prévoir l'imprévisible, l'intempestif survient au plus mauvais moment : je m'apprêtais à mourir." Et j'ai suivi cet homme qui attendait sa mort comme on guette un bus à un horaire prévu. Je l'ai suivi dans ses explications (assez oiseuses il faut bien le dire), dans ses attentes et ses espérances (relativement modestes), ses joies (inespérées donc) et ses déconvenues (costaudes pour le coup).

Récit original, avec des surprises, des rebondissements, de l'émotion, sorte de conte initiatique d'un individu qui semble naître une seconde fois et cette fois-ci pour de vrai. Et bien sûr, en filigrane, une réflexion sous-jacente et suggestive sur le sens de la vie et de la mort.

Peu de personnages, mais haut en couleurs et reliefs, un suspense étudié et bien géré, ce roman se lit avec grand plaisir car rien n'est "téléphoné", cet auteur a une imagination sûre et fourmillante. Un style littéraire vivant, parfois proche du langage parlé mais excellemment maîtrisé, une manière ludique de jouer avec les mots en les détournant ou en les magnifiant.

J'ai beaucoup aimé, j'espère qu'il en sera de même pour vous si mon petit topo vous a convaincu d'emprunter ce livre ?

cote R ROG, rayon romans adultes de la médiathèque !

 

15.04.2015

2 thrillers addictifs que des adolescents vous recommandent :

Ces 2 romans de Vincent Villeminot s'adressent à des adolescents, à partir de 15 ans et aux adultes. Des romans qui empoignent dès la première page et ne ménagent pas les lecteurs...!

 

 

Vous les trouverez en section jeunesse : cote RJ VIL 1 et RJ VIL 2

05.01.2015

DVD : le don d'organes parlons-en !

Donner / Recevoir DONNER-RECEVOIR-DVD.jpg

 

Michèle et Bernard Dal Molin

Gallimard

 

DVD documentaire adulte : DVD 617.95

 

Un documentaire de 75 minutes sorti en salle le 16 Octobre 2013 à l'occasion de la Journée Mondiale du Don d'Organes.

 

Réalisé par Michèle et Bernard DAL MOLIN, le film aborde la question du don d'organes à travers les histoires de vie de 4 familles confrontées à cette situation. Des femmes et des hommes parlent de dons d'organes et de greffes, moments qui ont changé leur vie. Il n'est pas toujours facile de donner, il est toujours difficile de recevoir. Ces histoires ne sont pas terminées. Elles nous invitent à poursuivre un débat jamais achevé, pour entretenir et affiner notre lucidité.

 

Ce film aborde toutes les questions que l'on peut se poser sur le difficile choix du don d'organes. Les auteurs font parler à la fois les donneurs et les receveurs. Les témoignages révèlent toutes les questions morales et médicales que se posent les familles. L'émotion n'est pas omniprésente. L'objectif des auteurs est de présenter les réflexions et les choix que l'on peut être amenés à prendre. Ils évoquent les changements dans la vie des familles, dans leurs relations avec les autres. Ce DVD amène la discussion... à vous d'en parler !

 

 

28.12.2014

Un roman à emporter...sur l'île de Sein !

Trois éclats toutes les vingt secondes / Françoise Kerymer

éd. Lattès 2014 rayon romans adultes cote R KER

 

"Au large du Finistère, là où la terre finit, où le plus grand cimetière marin du monde murmure ses légendes, une île : l’île de Sein.
Emma et son fils, Camille, sept ans, y débarquent pour passer les deux mois d’été.
La jeune mère est désespérée : contrainte à cet exil par son mari, elle éprouve les plus grandes difficultés à comprendre son fils, à l’intelligence aiguë et au caractère imprévisible. Et si le jeune garçon s'enthousiasme immédiatement pour l’île, Emma résiste malgré le soutien d’Armelle, la restauratrice au grand cœur, de Ronan, marin de la navette quotidienne avec la grande terre, et de Louis-Camille, compositeur solitaire."

J'ai lu ce livre avec grand plaisir.CVT_Trois-eclats-toutes-les-vingt-secondes_2950.jpeg
J'avais déjà chroniqué un roman de cette auteur (cliquez ici) et je suis toujours sous le charme de son écriture si poétique et évocatrice des grands espaces maritimes bretons.
Les descriptions des paysages sont superbes, je me suis régalée et me suis laissée porter par mes sensations.
Les personnages sont attachants, c'est un regret de les quitter. En même temps : on connaît dès le début l'échéance marquée par la fin de l'été. Le saut dans le futur proposé en épilogue est du coup une belle consolation, quel bonheur...
J'ai un faible pour l'enfant, tout à fait craquant et qui paraît si « vrai » et je suis touchée par la déroute d'une femme qui se croit faible et qui porte sans le savoir des trésors cachés.
Très émouvante la relation tendue de la mère avec son enfant.
Une fois de plus, la « présence-absence » d'un père que rien n'attendrit...
Que puis-je rajouter : la joie de pouvoir compter sur le bon cœur des personnages périphériques, la longue réflexion sur la création musicale, tout à fait intéressante et instructive, l'immensité de la mer et l'improbabilité d'un bout de terre nommé Sein, référence suprême à nos communes origines et enfin, la quête d'un sens que chacun cherche à donner à sa vie...
F. K. voulait écrire un roman complètement différent des deux précédents ? Elle a bien réussi !
Je trouve que c'est un roman reposant. Les phrases sont belles et cheminent un moment dans la tête, sereines résonances.
Cette histoire nous donne l'espoir que chacun trouve son propre « phare ».
Et en plus, cela m'a donné envie de revoir l'île de Sein...