UA-29669809-3 Coups de coeur : Centre Culturel - Médiathèque de Carmaux - Archives Municipales- 05-63-76-85-85

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02.05.2009

Un roman de Yasmina Khadra

 

 

yasmina-khadra-ce-que-le-jour-doit-a-la-nuit.jpg

La fin du colonialisme en Algérie et la naissance d’une identité nationale dans une tentative d’humaniser les rapports franco-algériens de cette période noire de l’Histoire, une profonde amitié entre quatre jeunes garçons et l’histoire d’un amour aussi immense qu’impossible, « Ce que le jour doit à la nuit » de Yasmina Khadra est tout cela à la fois.

 

Ce roman est superbement construit. La narration semble inébranlable, linéaire sans jamais être monotone. L'auteur décrit la plus insupportable misère puis l'opulence dédaigneuse d'une société dominante sans faire de concession, se voulant fidèle à une réalité poignante, le tout dans un style qui reste néanmoins poétique, avec de surprenantes métaphores, là où on s'y attend le moins.

L’écriture est magnifique, si belle qu’à l’issue du récit elle nous laisse longtemps rêveur, comme dans une sorte d’hébétude apaisante, nous ayant offert d’indicibles saveurs.

 

 

Ce que le jour doit à la nuit / Yasmina Khadra

 

Ed. Julliard, 2008

 

 

On sait depuis peu que Yasmina Khadra est un pseudonyme : derrière ce double prénom féminin se cache un homme, officier supérieur de l’armée algérienne : Mohamed Moulessehoul.
Il choisit ce pseudonyme pour échapper à une forme d'autocensure perceptible dans ses premiers textes, mais aussi pour rendre hommage à son épouse (Yasmina et Khadra sont ses deux premier prénoms) et au courage des femmes algériennes.

Yasmina Khadra bouleverse les points de vue purement occidentaux sur la réalité du monde arabe, dans des romans qui critiquent la bêtise humaine et la culture de la violence. Il évoque son Algérie natale, sa beauté et sa démesure, mais aussi la fureur qui y sévit au nom de Dieu, les lâchetés et les inadmissibles compromissions. Les hirondelles de Kaboul, sur l’Afghanistan, Les sirènes de Bagdad (2006), sur la guerre en Irak, ou encore L'attentat (2005), sur la descente aux enfers d’une Palestinienne entraînée vers le terrorisme, abordent eux aussi le problème de la violence, dans une écriture lyrique et dépouillée, alliant la beauté et l’insoutenable.

« Je suis ce rêve algérien, féroce et pur, beau parce que généreux, grand parce que vaillant, que ni les mesquineries d’Alger ni les coups bas des chapelles racistes ne pourront briser » Yasmina Khadra

 

 

 

 

 

 

 

 

23.04.2009

CDRom : Jeu d'aventure médiéval-fantastique

Everlight : Le Pouvoir des Elfesphoto-everlight 2.jpg

Editeur : Anuman Interactive

Classification : Déconseillé aux - de 7 ans

 

 

 

 

 

 

 

Le héros de cette histoire palpitante se nomme Melvin. Il rêve de devenir un chevalier ou un puissant sorcier et combattre tous les méchants avec une baguette magique. Son monde imaginaire fait de lui une sorte de marginal à l'école et il est sans cesse taquiné par les autres enfants. Melvin découvre une bougie particulière et il se retrouve projeté dans une aventure passionnante remplie de magie et de voyage dans le temps.

photo-everlight.jpg

Plus de 20 heures de jeu pendant lesquelles Melvin, aidé de la fée Fiona, rencontrera de nombreux personnages et traversera plus de 40 tableaux, tout en affrontant ses peurs les plus intimes afin de remplir les tâches et les épreuves qui lui seront assignées. Cependant, Melvin devra rester en permanence sur ses gardes, car le caractère des personnages évolue selon qu'il fasse jour ou nuit.

photo-everlight 3.jpg

Il se retrouve ainsi dans la ville médiévale de Tallen où il fait connaissance avec la fée Fiona qu'il libère d'une cage. En commençant l'exploration de la ville, Melvin se rend rapidement compte que Tallen a un problème : ses habitants sont maudits. A la nuit tombée, il se passe des choses étranges et les gens agissent d'une manière abominable, sans se rappeler de quoi que ce soit le lendemain matin. Melvin se met à chercher les causes de ce mal et découvre qu'un sombre secret sommeille dans le passé de la ville. Une machine à remonter le temps l'aidera à revenir à la source de ce secret.

 

04.04.2009

CD : Jazz manouche

Deux guitares, une contrebasse et la magique musique manouche s’élève, fluide, tendre et sensible, nostalgique parfois, gaie et primesautière souvent, pétillante de fraîcheur et de générosité.

Les compositions et improvisations d’Angelo Debarre sont superbes de virtuosité et de créativité, laissant la part belle à la mélodie, et admirablement accompagnées par Tchavolo Hassan à la deuxième guitare et Antonio Licusati à la contrebasse et violoncelle.

Laissez-vous porter par cette musique si vivante, régénérante car empreinte d’une douceur bienfaisante.

 

 

  imagesdebarre.jpg

 

 

Angelo Debarre / Trio tout à cordes

Le Chant du monde 2008

 

 

 

 

27.03.2009

Roman jeune : Archéopolis, t.1 de Pierre-Marie Beaude

Alisson est invitée à un stage archéologique  en Egypte, par son oncle, archéologue réputé, qui vient de découvrir une nouvelle tombe. Dès qu'elle arrive au Caire, les ennuis commencent car des pilleurs de tombe la menaçent. Aidée par ses amis, elle réussit à échapper à de grands dangers  et s'apprête à partir dans le désert de Nubie, à la découverte de la tombe secrète.

Pierre-Marie Beaude nous propose ici, le 1er tome d'une trilogie pleine de suspense et d'aventure, qui ravira tous les amateurs d'Egypte pharaonique.Ses personnages sont sympathiques, l'action prime et l'on essaye de résoudre l'énigme policière en même temps que les héros.

C'est un livre facile à lire et divertissant, plein de rebondissements, qui donne envie de continuer l'aventure avec les tomes suivants. 

archeopolis-big.jpg

26.03.2009

Roman : Il n'y a pas de mal à se faire du bien

Vous voulez savourer une histoire fraîche et optimiste ?355070219-photo.jpg

Alors ce joli conte moderne est fait pour vous : c’est « L’extraordinaire histoire de Fatima Monsour » de Joanne et Gerry Dryansky (scénaristes et journalistes américains vivant à Paris).

Tunisienne originaire de l’île de Djerba, Fatima Monsour «monte » à Paris remplacer au pied levé sa sœur décédée qui travaillait chez une aristocrate du XVIème arrondissement.

Vous la suivrez dans toutes ses petites aventures quotidiennes, ses grands malheurs et ses petites joies (et inversement), de ses désopilantes découvertes parisiennes aux rencontres les plus improbables…

Cette femme généreuse qui fait le bien autour d’elle finira par rencontrer elle-même l’amour.

C’est une comédie sympathique au charme désuet, un roman qui fait fi du cynisme et de la morosité ambiante pour prôner le pouvoir de la gentillesse et de la simplicité, du bonheur tranquille et de la solidarité.

Je vous le dis, c’est réconfortant comme une bonne pâtisserie (orientale ?!?), à déguster sans modération…

                                                                      

« L’Extraordinaire histoire de Fatima Monsour »

Joanne et Gerry Dryansky

Ed. Héloïse d’Ormesson, 2009

17.03.2009

Roman : Un brillant avenir

cusset-gf.jpg

C’est l’histoire de deux femmes :

La première, Elena (qui deviendra Helen), jeune femme roumaine dans les années 50-60, physicienne nucléaire réputée. Elle épousera contre l’avis de sa famille Jacob qui est  juif et ils fuiront avec leur fils Alexandru la Roumanie de Ceausescu d’abord en Israël puis aux Etats-Unis.

La seconde, Marie "la  française ", intellectuelle bardée de diplômes,  épouse d’Alexandru dans les années 90.

 

La narration nous entraîne d’une époque à une autre, en parfaite alternance, où se dessinent les vies des uns et des autres.

Bien sûr, une opposition va se créer entre les deux femmes mais qui va bien au-delà des difficultés relationnelles habituelles. Ce sont deux mondes qui s’affrontent, Elena/Helen avec sa peur de voir son fils rater « le brillant avenir » pour lequel il lui semble avoir tout sacrifié et Marie, amoureuse certes de son Alexandru mais nantie d’une désinvolture à toute épreuve.

Une relation très chaotique s’instaure, semble aboutir à un point de non-retour pour peu à peu se décliner en un lien ténu d’affection et de respect réciproques.

Le style est simple et épuré. La narration harmonieuse et d’une beauté lancinante. Les personnages extrêmement attachants.

 

 

Un brillant avenir

ed. Gallimard, 2008

Prix Goncourt Lycéens 2008

05.12.2008

CDRom : Dyslexie, Dysorthographie, et troubles du langage : de l'apprentissage à la réussite !

Apprendre à réussir !Apprendre.jpg

Anuman Interactive, 2008

2 CDRoms 6-8 ans / 8-12 ans

 

 

 

Apprendre à Réussir sont des jeux originaux, développés en partenariat avec des professionnels de la santé et soutenu par l'association CORIDYS ( Coordination des Intervenants auprès des personnes souffrant de dysfonctionnements neuropsychologique )

Une méthode innovante qui tente, au travers d'exercices ludiques, d'appréhender les difficultés rencontrées par l'enfant et de proposer une aide individualisée. Il s'agit avant tout d'un outil à destination des parents et des enfants, ancré dans un véritable projet de soutien et de suivi des familles. C'est la préparation au premier rendez-vous avec un spécialiste des troubles d'apprentissage doublée d'un programme de remédiation basé sur des séries d'exercices ayant fait leur preuve en cabinet.

 

Apprendre (2).jpg

Ils proposent un parcours de correction divisé en sept thématiques correspondant aux sept piliers cognitifs : la perception, le visuo spatial, l’attention, la mémoire, la logique, le langage et la phonologie. Concrètement, l’enfant se plonge dans la peau d’un aventurier et part explorer, en montgolfière, les différentes îles renvoyant aux thématiques citées. Dans un premier temps, il réalise un parcours de test pour « gonfler » sa montgolfière : il visite chaque île et doit répondre à des séries de 5 questions afin de tester ses compétences. Une fois le profil de l’enfant établi et les lacunes identifiées, la véritable aventure commence…

Chaque île rassemble des séries de 10 questions intégrant plusieurs mini-jeux : trouver l’image manquante, trouver l‘image associée au son… L’objectif est de récolter les différents objets symboles (les lunettes ou la loupe pour l’Attention, par exemple) afin d’obtenir le visa de l’île en question. Une aide ainsi qu’un assistant nommé Waki sont présents en permanence, lors des mini-jeux, et fournissent aux enfants des informations sur leur progression.

 

Au final, les logiciels « Apprendre à réussir » ne se substituent en aucun cas aux conseils d’un professionnel de l’orthophonie mais permettent d’établir rapidement un premier diagnostique des faiblesses de l’enfant et de mettre en place une base de révisions. 

31.10.2008

Roman : "Je ne pourrai jamais faire confiance à quelqu'un qui laisse des marques indélébiles sur un livre de bibliothèque" David LODGE

La Vie en sourdine Ed. Payot & Rivages 2008

 lodge.jpg

« La surdité est comique, alors que la cécité est tragique »

Le titre original de « La vie en sourdine » est « Deaf sentence », avec le jeu de mots entre « deaf » (la surdité) et « death » (la mort)

« Souvent, ce n’est que le contexte qui me permet de distinguer « deaf » et « death », et parfois, les mots me semblent interchangeables. La surdité est une sorte d’avant-goût de la mort, une très longue introduction au long silence dans lequel nous finissons tous par sombrer. »

« La surdité transforme tant de sons en bruits que vous préférez opter pour le silence. »

« Beetoven a failli se suicider, mais il ne l’a pas fait, car il avait toute cette musique dans sa tête. Il n’y a aucune merveille dans ma tête»

 

 

Desmond Bates, professeur de linguistique à la retraite, entreprend de tenir un journal intime et nous révèle son morne quotidien au gré des petits évènements qui le ponctuent.

Il savoure sa nouvelle vie calme (un peu trop calme semble-t-il), tout en déplorant ses déficiences auditives. Devenir malentendant le contrarie et c’est normal, mais surtout empoisonne sa vie sociale, ses relations avec sa femme (plus jeune et débordante d’énergie) et ne facilite pas non plus ses rapports avec son père vieillissant dont il s’occupe chaque semaine.

Le plus gros quiproquo s’effectue lorsque, lors d’un vernissage bruyant, il accepte sans comprendre un rendez-vous avec une jeune étudiante, séduisante mais un peu déroutante…

Ce récit, riche en rebondissements, est cependant doucement rythmé par les réflexions pertinentes et pleine d’humour du narrateur sur les grands thèmes de toujours : la vie, la mort, l’amour et des sujets moindres comme la société de consommation, les fêtes de famille (« Noël, je déteste ce jour-là »), les rapports hommes-femmes…sans oublier les diverses prothèses auditives existantes, leurs qualités, leurs défauts….

C’est drôle, léger et grave à la fois et cela fait passer un très bon moment.

 

David Lodge est né à Londres en 1935. Après des études à l'University College, il a enseigné la littérature anglaise jusqu'en 1987 à l'université de Birmingham et donné des conférences dans le monde entier, notamment à Berkeley. Auteur d'une œuvre importante qui comprend des essais critiques et de nombreux romans, David Lodge a reçu de nombreuses distinctions. David Lodge est membre de la Société Royale de Littérature. Il habite Birmingham.